Membres de l'AFCCRE, JOURNALISTES ?

Inscrivez vous et accédez à des ressources, des services en ligne et des actualités dédiées.

Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe

Newsletter

se désinscrire


Retour

Tribune Franco-Allemande à l'occasion du 9 mai Journée de l'Europe et du lancement du Fonds citoyen Franco-Allemand

Par Antoine GODBERT, Conseiller Municipal de Tours et Andreas WOLTER, Adjoint au Maire de Cologne,
Co-Présidents de la Commission Franco-Allemande des élus locaux


Plus que jamais, en célébrant ce 9 mai 1950 devenu depuis la Fête de l’Europe et, en particulier, en cette année si singulière qui voit les commémorations officielles réduites par le confinement, la force de la relation entre la France et l’Allemagne que Robert Schuman avait incarné dans sa propre existence se doit d’être rappelée.

Au moment où les échanges transfrontaliers ont été mis à mal par la surveillance du COVID-19, où les eurosceptiques cherchent à imposer l’idée d’une confrontation inéluctable des différents pays pris par l’urgence et où trop de réactions sans recul historique stigmatisent la prétendue lenteur de la réaction commune de l’Union européenne alors que la santé n’est pas une de ses compétences, il nous paraît essentiel à nous, élu.e.s des collectivités allemandes et françaises, engagé.e.s depuis longtemps dans la coopération entre nos deux pays, de rappeler combien la solidarité et le travail en commun entre la France et l’Allemagne est une assurance de solidité pour l’avenir de l’Union. Surtout quand elle est portée à l’échelle la plus proche des citoyen.ne.s : celle des collectivités locales.

L’an dernier, 56 ans après le traité de l’Elysée de 1963, le traité d’Aix la Chapelle a rappelé cette réalité et a notamment créé un Fonds citoyen franco-allemand pour soutenir des initiatives originales facilitant le renouvellement des jumelages dans la société civile.

Le RGRE et l’AFCCRE se réjouissent de la mise en place dès cette année de cet outil de soutien, d’encouragement et de promotion d’une relation franco-allemande vivante, diverse et acceptable par l’ensemble des citoyen.ne.s. Les associations de jumelages, les villes, communes, départements et régions peuvent y trouver un appui concret à travers des échanges individuels ou de groupes, directs ou par voie numérique, des évènements et des projets culturels, des recherches communes. De petits projets essentiels pour la vie sociale et culturelle de nos territoires pourront en être bénéficiaires au même titre que des projets plus traditionnels de plus grande envergure. L’intégration européenne reste au coeur des thématiques prioritaires. Mais des sujets plus généraux, essentiels pour les plus jeunes générations, pourront également être privilégiés comme la lutte contre les inégalités, en particulier entre les femmes et les hommes, et les discriminations ou les engagements en faveur du développement durable et de l’économie verte.

Le budget du Fonds citoyen de 2,4 millions d’euros financé à parts égales par la France et l'Allemagne n’est pas négligeable, même si on pouvait attendre un choix plus ambitieux dans une période si particulière, afin que puissent être soutenus des projets franco-allemands locaux qui jusqu’à présent ne le pouvaient pas.

Nous nous réjouissons que la mise en œuvre de ce nouvel outil de la coopération franco-allemande ait été confiée à l’OFAJ, institution franco-allemande dont l’expérience et la qualité du travail est reconnue et avec laquelle le RGRE et l’AFCCRE entretiennent une relation de confiance depuis de nombreuses années. Elle pourra compter sur le plein soutien des élu.e.s de proximité de nos deux associations.

Souvent bousculée par les urgences de nos politiques nationales, la relation franco-allemande s’est une fois encore distinguée comme l’ossature d’un mouvement plus large. L’accueil au pic de la pandémie par des hôpitaux allemands de malades français, mais aussi d’autres pays de l’Union européenne, a montré la force de la solidarité qui construit cette Europe de la vie quotidienne, celle qui priorise le plus important : la protection de nos concitoyen.ne.s.

Nous incitons donc les collectivités de nos deux pays à renforcer leurs liens, en particulier grâce au nouveau Fonds. Nous appelons parallèlement les gouvernements de nos deux pays à intensifier les projets solidaires entre nos deux pays, en profitant de la présidence allemande de l’Union qui débutera début juillet prochain et de celle de la France qui marquera le premier semestre 2022.

Plus d'informations
La tribune Franco-Allemande