Membres de l'AFCCRE, JOURNALISTES ?

Inscrivez vous et accédez à des ressources, des services en ligne et des actualités dédiées.

Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe

Newsletter

se désinscrire


Retour

A Strasbourg, L'AFCCRE et les parlementaires européens s'engagent pour une politique de cohésion ambitieuse pour nos territoires

 

Dans un contexte européen où, comme l’a souligné le Président LE PENSEC, « l'Union européenne et ses dirigeants peinent à peser face aux marchés financiers, qui semblent dicter l'agenda européen», l’AFCCRE, à l'occasion de la réunion de son Comité directeur le 16 novembre, a tenu à réaffirmer son engagement en faveur d’une Europe politique, seule en mesure de porter une ambition partagée pour les territoires et les citoyens européens qui y vivent.

Cette réunion se tenait à l’Hôtel de Ville de Strasbourg, à l’invitation de Roland RIES, Sénateur-Maire, l’AFCCRE manifestant ainsi son attachement à la dimension historique et au caractère hautement symbolique qui ont présidé au choix de la ville comme capitale parlementaire de l’Europe. L’AFCCRE défend le maintien des sessions plénières du Parlement européen à Strasbourg, dont le principe est actuellement remis en cause par certains lobbies et parlementaires européens. Elle souhaite ainsi marquer son attachement à une Europe polycentrique et décentralisée qui repose sur une répartition équilibrée des pouvoirs.

L'avenir de la politique de cohésion, et sa place dans le futur budget européen 2014-2020, figurait à l’ordre du jour de la réunion sous la forme d’une table ronde animée par Pierre JARLIER, Sénateur-Maire de Saint-Flour et Président de la Commission Cohésion territoriale de l'AFCCRE. Plusieurs parlementaires européens, Sophie AUCONIE, Estelle GRELIER, Jan OLBRYCHT, mais également Patrick KANNER, Président du Conseil Général du Nord, et Emmanuelle DE GENTILI, Conseillère exécutive de Corse, sont ainsi intervenus pour débattre de la place des territoires dans le cadre des négociations sur le budget européen.

Avec le Traité de Lisbonne, le Parlement européen est en effet devenu codécideur, non seulement du budget mais également des futurs règlements qui vont encadrer la programmation des fonds structurels européens après 2013. Il devient ainsi l'allié et le partenaire incontournable de tous ceux qui, comme l'AFCCRE, considèrent que cette politique doit conserver une forte assise territoriale et un budget adapté aux enjeux auxquels les territoires européens, dans leur diversité, sont confrontés.

Pierre JARLIER a souligné à cette occasion l’importance d’« infléchir la position d’un certain nombre d’acteurs, dont les autorités françaises, dans le sens d’une meilleure association des collectivités territoriales à l’élaboration de la future programmation ».

Pour l’AFCCRE, plus que jamais la politique de cohésion doit demeurer au cœur du projet européen né du Traité de Lisbonne, ce qui suppose que des moyens adaptés lui soient préservés. Louis LE PENSEC a d’ailleurs tenu à rappeler que « Face aux enjeux nés de la crise, il appartient aux élus locaux et régionaux de redire, à ceux qui pourraient en douter, que la politique de cohésion ne constitue pas un problème mais une solution, une opportunité ».

Wolfgang SCHUSTER, Président du CCRE et Maire de Stuttgart, Jean-Claude FRECON, Président de la Chambre des pouvoirs locaux du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux européens (CPLRE), ont également participé aux débats, ainsi que les Députés européens Françoise CASTEX, Jean-Marie CAVADA, Gaston FRANCO, Sylvie GUILLAUME, et Bernadette VERGNAUD.

Le Comité Directeur a par ailleurs élu un nouveau Bureau pour les trois prochaines années. Celui-ci est marqué par un large renouvellement et un renforcement de la place des élues au sein des instances de l’AFCCRE.