Membres de l'AFCCRE, JOURNALISTES ?

Inscrivez vous et accédez à des ressources, des services en ligne et des actualités dédiées.

Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe

Newsletter

se désinscrire


Retour

Le Parlement Européen vote un rapport sur la mise en œuvre du programme Erasmus +

Le Parlement Européen a voté ce 2 février un rapport portant sur la mise en œuvre du programme Erasmus+ ? Ce rapport a été établi dans le cadre de la Commission Culture et Education du Parlement Européen et présentée par le député slovène Milan SVER.

Le rapport souligne en premier lieux le succès indéniable du programme qui, sur la période 2014-2020 devrait permettre à plus de 4 millions d’Européens d’étudier, de se former, de participer à un volontariat ou à une autre forme de mobilité en Europe. Ce succès est d’autant plus important dans le contexte de crise de confiance, en particulier à l’égard de ses valeurs fondamentales, que connait actuellement l’Union Européenne.  En effet, le programme Erasmus + constitue, d’après le rapport, un outil extrêmement pertinent pour favoriser « l’intégration, la compréhension et la solidarité » dans le domaine de la jeunesse.

Les députés européens ont déploré que l’augmentation significative du budget d’Erasmus + par rapport aux financements des programmes consacrés à l’éducation et à la jeunesse avant 2014, n’avait pas été créditée pour la première moitié de la programmation. En effet, les financements disponibles doivent augmenter progressivement de 2014 à 2020. Le niveau de financement pour la première partie du programme était donc relativement faible, ce qui a conduit au rejet de nombreux projets.

La situation devrait s’améliorer pour la 2e partie de la programmation, c’est-à-dire à compter de cette année, avec la montée en puissance effective des crédits disponibles et en particulier une augmentation de 300 millions d’euros par rapport à 2016. Le Parlement européen souhaite donc non seulement que la prochaine programmation dispose du même budget global,  mais également qu’il y ait une continuité entre le niveau de financements qui sera mis en œuvre à la fin du programme actuel, c’est-à-dire en 2020 et le début du prochain, afin justement d’éviter ces effets de seuil.

Le Parlement Européen demande également à la Commission européenne et aux Etats membres de prendre des dispositions qui puissent permettre de simplifier l’utilisation du programme pour ses bénéficiaires (jeunes et institutions). Il s’agit également de rendre Erasmus + plus accessible aux organisations de petite taille, qui du fait de contraintes administratives, doivent parfois renoncer à y participer.