Membres de l'AFCCRE, JOURNALISTES ?

Inscrivez vous et accédez à des ressources, des services en ligne et des actualités dédiées.

Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe

Newsletter

se désinscrire


Retour

L’AFCCRE salue les avancées obtenues pour les pouvoirs locaux et régionaux lors de la conférence sur le climat de Cancun

 

Après près de deux semaines de négociations, la 16ème Conférence des Parties (COP) a abouti à l’adoption de deux documents. Le 1er  mentionne la poursuite des discussions en vue d’un accord des pays industrialisés sur une 2nde période d’engagement qui succéderait au Protocole de Kyoto au-delà de 2012. Le 2nd document contient un ensemble de résolutions et précise les mécanismes prolongeant l’action en matière de lutte contre le changement climatique sous la convention des nations unies (CCNUCC).

Dans ce contexte positif de relance de la dynamique multilatérale, ébranlée depuis la dernière COP à Copenhague, les membres du Bureau de l’AFCCRE, réunis le 17 décembre à Paris sous la présidence de Louis LE PENSEC, se félicitent des avancées obtenues en matière de reconnaissance du rôle des autorités locales et régionales.

Ronan DANTEC, Adjoint au Maire de Nantes, porte-parole climat de Cités et Gouvernements Locaux Unis, (CGLU) et Président de la Commission environnement et développement durable de l’AFCCRE, actif durant les deux semaines de négociation, a souligné les avancées obtenues par les gouvernements locaux pendant ces deux semaines dans son intervention lors de la plénière de clôture du groupe de travail sur le protocole de Kyoto : « un signal très fort, celui du soutien, par la conférence des parties, aux dynamiques de mobilisation existant dans le monde, et celle que portent les élus et gouvernements locaux est des plus précieuses ».

En effet et pour la première fois, le rôle crucial des gouvernements locaux et régionaux dans la lutte contre le changement climatique est officiellement reconnu et mentionné dans les textes d'accord, avec leur prise en compte en tant que « parties prenantes gouvernementales ». Une autre décision relative aux mécanismes de développement propre (MDP) fait également référence aux « villes » et devrait ainsi permettre un accès simplifié aux financements pour les programmes engagés par les villes des pays en développement.

Si beaucoup reste à faire dans la poursuite des négociations et dans la mise en œuvre des décisions prises à Cancun, les réseaux nationaux, européens et internationaux de collectivités territoriales rassemblés autour de la feuille de route des autorités locales pour le climat animée par CGLU et ICLEI ont depuis plus de deux ans activement contribué à l’avancée des négociations et à l’expression des engagements et actions des autorités locales et régionales en matière de lutte contre le changement climatique.

A peine une semaine avant le début de la Conférence de Cancun, plus de 140 représentants de collectivités territoriales du monde entier étaient en effet réunis au Mexique en marge du Congrès mondial de CGLU pour lancer le Pacte de Mexico, marquant leur volonté de poursuivre leurs actions en matière de mitigation et d’adaptation et de les rendre mesurables. Cet engagement mondial prend lui-même appui sur la formidable mobilisation des collectivités territoriales européennes engagées dans la Convention des Maires pour le Climat qui compte aujourd’hui près de 2200 signataires.

L’AFCCRE, partie prenante de cette mobilisation appelle à la poursuite des efforts pour qu’un nouvel accord juridiquement contraignant de réduction des émissions de CO2 soit adopté à l'occasion de la prochaine Conférence sur le climat, à Durban en Afrique du Sud, du 28 novembre au 9 décembre 2011, afin qu’une nouvelle période d’engagement succède au protocole de Kyoto après 2012.

Plus d'informations
Le 1er document Le 2ème document