Membres de l'AFCCRE, JOURNALISTES ?

Inscrivez vous et accédez à des ressources, des services en ligne et des actualités dédiées.

Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe

Newsletter

se désinscrire


Retour

L’AFCCRE a participé au premier Forum des gouvernements locaux Afrique-Europe

Le 27 novembre, deux jours avant le 5e Sommet Union européenne-Afrique, s’est tenu à Abidjan le 1er Forum des gouvernements locaux UE-Afrique. Une Déclaration commune rappelant l’importance des collectivités territoriales dans la réussite du partenariat UE-Afrique et dans son appropriation par les citoyens y a été adoptée afin d’être présentée officiellement aux Chefs d’Etat et de gouvernements réunis lors du Sommet.

Organisée conjointement par Platforma, le CCRE, CGLU-Afrique, et la Convention des Maires pour l’Afrique subsaharienne, avec le soutien de l’Union européenne et de l’Union africaine, ce Forum a été l’occasion d’une journée d’échanges entre représentants de haut niveau venus des deux rives de la Méditerranée : Ministres, députés panafricains et européens, représentants des associations de collectivités, élus locaux et régionaux,  représentants de la Commission européenne, représentants des bailleurs institutionnels.

L’AFCCRE a eu l’occasion de présenter ses priorités et son action par la voix de Jocelyne BOUGEARD, Adjointe à la Maire de Rennes et Présidente de la Commission « Europe, Coopération et Développement » de l’AFCCRE, qui est intervenue dans le débat sur l’Intégration des gouvernements infra-nationaux dans le processus post-Cotonou et la nouvelle stratégie conjointe UE-Afrique.

Il faut en effet rappeler que ce 5e Sommet UE/Afrique des Chefs d’Etats et de gouvernements se tient à un moment particulier, marquant le 10e anniversaire du Partenariat UE-Afrique et de la Stratégie conjointe qui doit être renouvelée l’an prochain. Par ailleurs, les accords de Cotonou entre l’Union européenne et les pays Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) de 2000 (révisés en 2005 et 2010) s’achèvent en 2020, et les travaux préparatoires au futur accord battent leur plein.

Il y a là une opportunité de donner une dimension concrète aux avancées obtenues dans le nouveau Consensus européen pour le Développement, à condition d’éviter l’écueil d’une vision trop utilitariste de la coopération, qui se concentrerait sur l’économie et les questions migratoires et sécuritaires.
C’est pourquoi le message de l’AFCCRE, au-delà de la nécessité de placer les collectivités au centre du processus, gage de démocratisation et d’autonomisation, a notamment porté sur la prise en compte systématique des questions liées à l’égalité des genres dans les politiques de coopération et de développement.

Grâce à l’implication de l’AFCCRE, cette priorité figure en bonne place dans la Déclaration commune adoptée à Abidjan : « Nous engageons à inclure la perspective de l’égalité des genres à toutes les étapes de notre développement territorial et de nos actions de coopération décentralisées afin de mieux répondre aux besoins des femmes et des hommes des deux régions et afin que nos coopérations pour le développement contribuent efficacement à la réduction des inégalités de genre. »

Les collectivités engagées dans la coopération décentralisée ainsi que l’AFCCRE au sein de Platforma doivent maintenant rester vigilantes quant à la tournure des échanges sur le futur accord Cotonou afin que les valeurs de démocratie, d’égalité et de développement durable soient prioritaires.