Membres de l'AFCCRE, JOURNALISTES ?

Inscrivez vous et accédez à des ressources, des services en ligne et des actualités dédiées.

Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe

Newsletter

se désinscrire


Retour

Forum mondial de l’eau, Marseille du 12 au 17 mars 2012, le temps des engagements

 

Du 12 au 17 mars 2012, l’ensemble des parties prenantes et acteurs de l’eau se sont retrouvés à Marseille à l’occasion du 6ème Forum mondial de l’eau organisé par le Conseil mondial de l’eau, les autorités françaises et la ville de Marseille.

Les multiples conférences et ateliers ont permis aux participants d’échanger et de dégager des solutions aux grands défis que posent les questions de l’accès, du traitement, de l’utilisation et de la protection des ressources en eau à l’échelle de la planète dans des contextes de pression croissante sur la qualité et la quantité des ressources. Il s’agissait également pour l’ensemble des parties prenantes représentées de prendre des engagements qui seront susceptibles d’être mesurés.

Les collectivités territoriales et leurs associations étaient parties prenantes au processus politique conduit en amont et pendant la conférence. Elles ont notamment défendu leur qualité d’acteurs majeurs et incontournables d’une ressource, bien commun de l’humanité dont la gestion et la protection ne peut s’envisager qu’à l’échelle territoriale. Ce rôle particulier a été reconnu dans la Déclaration Ministérielle adoptée le 13 mars 2012. 

Cette avancée a été salué par les Présidents des associations françaises de collectivités territoriales, parmi lesquels Louis LE PENSEC, Président de l’AFCCRE, ancien Ministre qui s’est exprimé à l’occasion d’une conférence de presse commune aux côtés de Michel DELEBARRE, Président de CUF, Sénateur-Maire de Dunkerque, ancien Ministre, Michel DESTOT, Président de l’AMGVF, Député-Maire de Grenoble, Pierre COHEN, Représentant l’ACUF, Député-Maire de Toulouse, président de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse et Henri BEGORRE, représentant de l’AMF,1er vice-président de la CU du Grand Nancy. 

Une conférence des autorités locales et régionales co-organisée par le Conseil mondial de l’eau et Cités et Gouvernements Locaux Unies (CGLU) s’est tenue pendant le forum et a rassemblé quelques 350 représentants d’autorités locales et régionales venus partagé leurs expériences et leurs solutions clés sur les grandes thématiques contemporaines : la gouvernance des services d’eau et d’assainissement à l’échelle locale et régionale, la gestion de l’eau dans les mégalopoles, la prévention des conflits liés aux ressources en eau, la culture de l’eau dans la gouvernance locale, la coopération et la solidarité internationale.

Louis LE PENSEC, Président de l’AFCCRE, Vice-Président du CCRE est intervenu à l’occasion de l’Assemblée Générale des autorités locales et régionales. Il a souhaité insisté sur une meilleure articulation et une plus grande solidarité entre zones urbaines et territoires ruraux dans les politiques de gestion et d’accès à l’eau. Il a rappelé la « détermination de l’AFCCRE et du CCRE à interpeller l’Union européenne à l’heure où elle doit se prononcer sur ses orientations en matière de politique de développement, de politique agricole commune et de politique de cohésion pour des soutiens conséquents et coordonnés afin de relever les nombreux défis liés à l’eau. » 

A cette occasion, les participants ont renouvelé leur engagement en faveur de la mise en œuvre du Pacte d’Istambul lancé à l’occasion du précédent forum en 2009. Ils ont souhaité renforcer la dimension politique du Pacte en adoptant un message dans lequel ils se félicitent de la Déclaration ministérielle et s’engagent à poursuivre et intensifier leurs actions pour parvenir à des résultats visibles. Le message souligne également la nécessité d’enrichir le Pacte d’Istambul pour l’adapter aux nouveaux enjeux et aux attentes des différents niveaux territoriaux. Il appelle les Etats à favoriser la participation des autorités locales et régionales à la conférence de Rio + 20 et précise que la question de l’eau et de l’assainissement devra être au cœur des propositions pour Rio + 20 et constitué un objectif de développement durable à part entière.