Membres de l'AFCCRE, JOURNALISTES ?

Inscrivez vous et accédez à des ressources, des services en ligne et des actualités dédiées.

Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe

Newsletter

se désinscrire


Retour

« L’intégration des Balkans ne peut se faire sans la participation active des pouvoirs locaux »

 

L’Association Française du Conseil des Communes et Régions d’Europe a organisé, en partenariat avec la Ville de Dijon et le Grand Dijon, les 18 et 19 février, une conférence intitulée : « L’avenir européen  des Balkans Occidentaux : la contribution des collectivités territoriales ». Cette conférence, soutenue par le Ministère des Affaires étrangères et européennes, s’est tenue au Sénat, à l’invitation de François REBSAMEN, Sénateur-Maire de Dijon, Président de la Commission Europe élargie de l’AFCCRE.

Près de 150 représentants de collectivités locales et régionales de France, d’Albanie, de Bosnie-Herzégovine, de Bulgarie, de Croatie, du Kosovo, du Monténégro, de l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine, de Serbie et de Slovénie, notamment les maires Skopje, Pristina et Banja Luka, ainsi que des représentants des institutions nationales et européennes ont participé à cette conférence. L’objectif était de mettre en évidence le rôle primordial des collectivités territoriales dans le processus d’intégration des pays des Balkans à l’Union européenne.

En ouverture des débats, Louis LE PENSEC, Président de l’AFCCRE et ancien Ministre, a rappelé qu’il était « de la responsabilité des pays de l’Union européenne que de permettre à nos voisins d’Europe du Sud-est de tourner la page de décennies de douleur et d’intégrer enfin l’espace de paix et de prospérité que nous bâtissons depuis plus de 60 ans ».

Si tous les intervenants étaient d’accord sur l’importance de la perspective d’intégration des pays des Balkans à l’Union européenne ; Pierre MIREL, de la DG Elargissement de la Commission européenne, déclarant qu’il en allait de la « stabilité du continent » ; bien que les opinions publiques des Etats-membres de l’Union sont de plus en plus dubitatives vis-à-vis du processus d’élargissement, ils l’étaient également pour souligner le travail qui reste à faire en vue d’une adhésion. Ce processus d’intégration ne peut se faire sans une participation active de l’ensemble des citoyens européens, et c’est à ce niveau qu’il y a le plus de « progrès » à faire comme l’a rappelé Catherine LALUMIERE, ancien Ministre, Présidente de la Fédération Française des Maisons de l’Europe. C’est notamment sur ce point que les pouvoirs locaux, de par leurs capacités à structurer les territoires et à rapprocher les populations, ont un rôle fondamental à jouer.

Le renforcement du processus de décentralisation dans les pays des Balkans est indispensable pour travailler au quotidien sur les questions de démocratie locale. La Commission européenne a elle aussi un rôle à jouer en intégrant davantage les collectivités territoriales dans le processus d’intégration, et en facilitant l’accès des financements européens aux collectivités locales et régionales.

En conclusion, Keith WHITEMORE, Président du Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux en Europe, a souligné l’importance des associations de collectivités locales et régionales pour accompagner et former les pouvoirs locaux à l’accès des financements européens ainsi que pour l’échange de bonnes pratiques dans ce domaines. mais également pour créer un cadre de coopération afin de restaurer le lien entre les populations au-delà des frontières.